Pourquoi nous dansons

Comme vous pouvez le lire dans cette lettre, nous célébrons le fait que nous avons obtenu les nécessités de la vie et nous les partageons les uns avec les autres. Dans la foulée de ces célébrations, nous avons de nombreuses danses. Parfois, il s’agit d’une danse individuelle qui sert à raconter l’histoire d’une personne et de sa famille. Nous faisons cela pour montrer notre place dans la communauté en tant que personnes, familles ou clans. Pour les cérémonies importantes, des groupes de danse particuliers exécutent les rituels appropriés.

Dans notre culture, nous dansons et chantons pour célébrer la vie. Chaque famille a sa propre genèse qui raconte comment elle est descendue d’un premier ancêtre qui a survécu au grand déluge. Ces histoires racontent des rencontres et des connexions avec des êtres surnaturels, des animaux et d’autres familles. Elles décrivent comment chaque famille a acquis le droit de procéder à des cérémonies particulières qui donnent vie à la spiritualité et aux privilèges transmis par nos ancêtres. Ces histoires sont transportées par nos emblèmes, comme le corbeau ou l’aigle, ainsi que par nos récits et chansons.

Voici un récit portant sur l’homonyme de notre famille, ’Namxiyalegiyu. Ce récit est intégré à l’une de nos cérémonies importantes.

 

’Namxiyalegiyu (La danse du monstre marin à tête de flétan)

Avant le grand déluge, un homme ’Namgis savait que cet événement arriverait, car le Créateur lui avait envoyé un message dans ses rêves. Il savait qu’il devait attendre, près de l’océan, l’arrivée d’un énorme monstre marin, ’Namxiyalegiyu, qui signifiait « Quelque chose de terrible ». Quand la pluie a commencé pour ne plus s’arrêter, ’Namxiyalegiyu a surgi des profondeurs. Il était tellement énorme que les marées ont chuté partout dans le monde. L’homme est monté sur le monstre marin, mais ’Namxiyalegiyu était si grand que l’homme semblait n’être qu’un petit point sur son dos gigantesque. Le créateur avait donné à cet homme un pouvoir surnaturel qui lui permettait de respirer sous l’eau. ’Namxiyalegiyu a protégé l’homme pendant tout le temps où il est resté sous l’eau dans l’océan.

Quand les eaux se sont retirées, ’Namxiyalegiyu a renvoyé l’homme dans sa patrie. Il a regardé autour de lui et a vu qu’il était tout seul, alors il a pris le nom ’Namukustolis (Seul-au-Monde). Il est venu à la plage près de l’embouchure de la rivière ’Namgis. ’Namukustolis se sentait très seul. Ainsi, après un certain temps, il a attrapé quelques oiseaux et les a transformés en personnes. C’est ainsi qu’il a créé la tribu ’Namgis. Il a gardé le grand monstre marin comme emblème de sa tribu, parce que ’Namxiyalegiyu avait été son protecteur et qu’il l’avait sauvé pendant le grand déluge.

Le grand monstre marin avait une grosse tête semblable à celle d’un poisson, une large bouche et beaucoup de dents. Il avait de grandes branchies à la place de joues. Il avait également, au centre du front, un cristal de quartz magique qui allumait un feu entre ses yeux. Certains lanciers ont déjà essayé de l’atteindre à cet endroit. S’ils ratent la cible, ils meurent immédiatement. Si un homme l’atteint directement, celui-ci est immédiatement assommé. Quand il reprend connaissance, il trouve une lumière surnaturelle qui tournoie autour de la pointe de sa lance. Cela signifie que sa lance est devenue une arme mortelle.

Lorsque nous fabriquons un masque pour la danse du monstre marin, nous plaçons un petit morceau de cuivre sur le front pour représenter ce cristal.

’Namugwadzalas, l’un de nos ancêtres de la tribu ’Namgis, a frappé cet endroit magique. Il a ramené son arme à terre et l’a enveloppée dans de l’écorce de cèdre rouge pour la protéger. Aujourd’hui, nous faisons la même chose. Nous avons choisi l’écorce de cèdre rouge en raison de ce mythe. ’Namugwadzalas a voulu diminuer l’intensité de la lumière, car elle était trop dangereuse. Il a donc placé sa lance sous certains arbres : une épinette, un pin rouge, un sapin baumier et un cèdre rouge. Tous ces arbres sont tombés et sont morts, sauf le dernier : le cèdre rouge. ’Namugwadzalas a alors su que c’était l’arbre spirituel le plus puissant. Quand il a placé sa lance sous cet arbre, il a constaté que la lumière s’est éteinte. Il a alors su contrôler la puissance de l’arme mortelle.

Ce monstre marin a le corps d’un gigantesque flétan. Sur son dos, on retrouve la nageoire dorsale d’un épaulard, mais d’une taille gigantesque. Quand le monstre marin bouge, les océans du monde entier se déchaînent. Les vagues peuvent faire chavirer nos canoës et les détruire. Quand ce monstre nage, toutes les créatures de l’océan s’enfuient. Il a aussi le pouvoir surnaturel de prendre n’importe quelle forme. Par exemple, il peut soudainement devenir un grand rocher, le plus souvent dans la trajectoire d’un canoë, et détruire ce dernier.

Insert video clip: umista.coming.to.alert.bay

©2019 This project was made possible with the support of the Department of Canadian Heritage through Canadian Culture Online
Native Dance