Qui nous sommes

« Haudenosaunee » est un ancien nom pour les Iroquois des Six-Nations, aussi appelés « gens de la maison longue ». Vous comprendrez mieux la raison pour laquelle on nous a donné ce nom à la lumière de la présentation de nos danses sociales et de leurs liens avec notre histoire et notre culture. Les membres de la Confédération des Six-Nations se sont également identifiés comme Onkwehonwe, ou « le peuple originel ».

Insert hau.longhouse.map.jpg

Les Européens qui ont suivi Christophe Colomb après 1492 ont trouvé les Haudenosaunees, ou « Iroquoiens » qui vivaient dans les forêts du nord-est de l’Amérique du Nord. Ces « Iroquoiens » faisaient partie des quelque 500 nations autochtones d’Amérique du Nord, chacune portant sa langue, ses coutumes et ses croyances sacrées. Ceux qui ont été appelés les « Iroquoiens laurentiens » (ou « du Saint-Laurent ») englobaient deux groupes de peuples apparentés, mais distincts. L’un de ces peuples, les Otstandrakoneka (Stadaconéens), était plus près des Maritimes, sur un territoire s’étendant de Québec à la Gaspésie. Les Ohserakeka (Hochelagois) formaient l’autre branche, en amont des Iroquoiens laurentiens. À l’ouest se trouvaient les Wendathronon’ (Hurons-Wendats), une branche distincte des Iroquoiens du Nord. La guerre les avait chassés de leur patrie du sud de l’Ontario avant 1650.

Aujourd’hui, les Wendathronon’ perpétuent leurs traditions dans des communautés formées de descendants des réfugiés de ces guerres. Ces peuples vivent près de Québec, Détroit et Kansas City et dans le nord-est de l’Oklahoma.

Les Iroquoiens du Nord se trouvent dans le nord de l’État de New York, ainsi que dans le sud de l’Ontario et du Québec. Ceux-ci incluent les Kanien’keha:ka (Mohawks), qui étaient à l’origine les « portiers » orientaux de la « maison longue » politique occupée par la Confédération iroquoise. Les Oneniote’a:ka (Oneidas), les Ononta’kehe:non’ (Onondagas), les Koiokwehonon’ (Cayugas) et les Tsonontowanenka (Sénécas) sont les autres peuples originaux de la Confédération. Jusqu’en 1722, certaines personnes appelaient la Confédération iroquoise « Ligue des Hodinonhsionni » ou « Ligue des Cinq-Nations ». Cette entité politique est devenue la Confédération des Six-Nations quand les Taskaru:ren (Tuscaroras), venus de Caroline du Nord, s’y sont joints.

Mes racines tuscaroras                                      

Le clan du Castor est l’un des huit clans des Nations tuscaroras. C’est peut-être d’ailleurs l’origine de mon nom de famille, Beaver (« Castor »). Les autres clans de Tuscaroras sont ceux de l’Ours, de l’Anguille, de la Bécassine, du Loup gris, du Loup jaune, de la Grande Tortue et de la Petite Tortue. Les autres peuples des Six-Nations comptent aussi un clan de la Tortue, un clan du Loup et un clan de l’Ours. De plus, certaines des Six-Nations ont des clans de la Buse, du Héron, du Cerf et de la Balle. Cependant, contrairement à ce que certains pensent, la Confédération ne compte aucun clan de l’Aigle.

Il y a sept générations, certains de mes ancêtres tuscaroras se trouvaient encore en Caroline du Nord. Sur Internet, j’ai trouvé des documents notariés à la réserve des Tuscaroras dans l’État de New York qui retracent l’ascendance de ma grand-mère, Caroline Beaver, par le lignage de sa grand-mère et de son arrière-grand-mère, à Margaret Groat, de la Caroline du Nord.

Les Tuscaroras se sont joints aux Cinq-Nations vers 1722, mais ils n’ont pas tous quitté la Caroline du Nord tout de suite. Au moment de la Révolution américaine en 1776, la plupart des Tuscaroras s’étaient réfugiés sous le « Grand Arbre de la Paix », la Confédération Haudenosaunee. Certains d’entre eux ont suivi le chef de guerre, Joseph Brant, aux Six-Nations de la rivière Grand en 1784, et certains se sont arrêtés à la réserve Tuscarora près de Lewiston, dans l’État de New York.

Je suis né dans une petite maison en rondins au sein de la Confédération des Six-Nations en 1931. Ma grand-mère mohawk est la sage-femme qui m’a accouché, comme la plupart de mes neuf frères et sœurs. Elle est venue en visite pendant environ une semaine, alors qu’elle habitait sur Sixth Line près de la rivière Grand. Ma grand-mère tuscarora vivait un peu plus haut sur First Line. La plupart de nos voisins sur cette route étaient tuscaroras. Depuis les temps anciens, les enfants haudenosaunees suivaient le clan de leur mère, en non pas celui de leur père. Mon père tuscarora était du clan de l’Ours, mais j’ai hérité de mon affiliation au clan de la Tortue de ma mère et de ma grand-mère.

Cependant, depuis l’arrivée des Six-Nations au Canada en 1784, les Britanniques, et maintenant le gouvernement canadien, insistent pour inscrire les enfants des Premières Nations sous le nom et la nation du père. Les gouvernements ont ignoré les clans. Donc, j’ai reçu le statut de Tuscarora en raison de mon père et je suis membre du clan de la Tortue, de par ma mère.

Mes parents, Wilfred et Edith Beaver, étaient pauvres, mais ils travaillaient fort, et nous, les enfants, étions encouragés à faire des études. J’ai obtenu mon diplôme de l’école secondaire Hagersville, j’ai fréquenté la Hamilton Normal School pour les enseignants et, tout en enseignant et en élevant une famille, j’ai obtenu un baccalauréat ès arts en anglais de l’Université McMaster à Hamilton. Après 34 ans en classe, j’ai consacré les vingt dernières années à ma carrière d’écrivain indépendant. J’essaie d’éduquer les gens au sujet de notre fier passé en tant qu’Haudenosaunees.

©2019 This project was made possible with the support of the Department of Canadian Heritage through Canadian Culture Online
Native Dance